Pauvres chauves-souris saint-gilloises, victimes collatérales de l’isolation de nos toitures

Philippel Parphilippel

Pauvres chauves-souris saint-gilloises, victimes collatérales de l’isolation de nos toitures

batman

Depuis que plusieurs de mes voisins ont isolé leurs toitures, c’est fini: je ne vois plus de chauves-souris qui volent devant les fenêtres de mon rez-de-chaussée saint-gillois. Je suis maintenant certain que l’isolation forcenée, qui a certainement des bienfaits énergétiques, a causé en quelques années la destruction de l’habitat de ces petits mammifères qui vivaient sous les tuiles en céramiques de nos maisons. Je me demande même si les moineaux qu’on cherche à faire revenir à Bruxelles ne sont pas également concernés par les transformations rentables de nos greniers. Je n’ai pas d’idée sur ce qu’il faudrait faire, mais je souhaite tirer la sonnette d’alarme pour ces petites bêtes, dont personne ne conteste le rôle écologique.

À propos de l’auteur

Philippel

philippel contributor

Vous devez être connecté(e) pour laisser un commentaire.